Actualités / Assurance santé / Santé : Appel dans l'affaire du patient accro au jeu et au sexe

Santé : Appel dans l'affaire du patient accro au jeu et au sexe

Publié le 21/04/2011
|
Fin mars. Didier Jambart, malade suivant un traitement à base de l’antiparkinson Requip, était parvenu à faire condamner en premier instance GSK, fabriquant du médicament incriminé. L’on sait désormais que le laboratoire a décidé d’interjeter appel. Rendez-vous est pris devant la Cour d’appel de Rennes.

Une première en France

Le 31 mars dernier, Didier Jambart, patient de 52 ans atteint de la maladie de Parkinson et traité avec du Requip, avait obtenu gain de cause. Il avait réussi à faire plier le labo GlaxoSmithKline (GSK), fabricant du médicament, qui avait été condamné à lui verser 117 100 euros de dommages et intérêt, le médicament ayant rendu le patient accro au jeu et au sexe.

Une grande première dans l’histoire judiciaire française qui rebondit aujourd’hui avec l’appel de GSK.

Un véritable calvaire

Entre 2003 et 2005, le médicament a brisé la vie de Didier Jambart. D’abord positifs, les effets du Requip se sont avérés destructeurs avec l’augmentation du dosage au point de rendre ce cadre de la Marine nationale totalement accro au jeu et au sexe. 

Fin 2004, il en était venu à dépenser jusqu’à 10 000 euros par mois et à s’exhiber sur Internet notamment. Des addictions qui l’amèneront à tenter de se suicider et qui disparaîtront à l’arrêt du traitement en 2005.

D’autres cas similaires

Avec le premier jugement, les juges du TGI de Nantes avaient considéré que le lien de causalité directe entre ces comportements et le Requip existaient bel et bien. Ils avaient aussi reconnu que GSK n’ignorait pas à l’époque l’existence de ces effets secondaires dont la mention n’est apparue sur la notice qu’en 2006.

En réaction, Me Béguin, l’avocat de Didier Jambart, a dit vouloir faire également appel sur le montant de l’indemnisation pour tenter d’obtenir la somme réclamée à l’origine, soit 450 000 euros. Il a aussi révélé avoir déjà constitué trois autres dossiers de victimes du Requip pour une dizaine de cas en cours d’instruction. De son côté, Didier Jambart, a réuni plus d’une centaine de témoignages de patients qui ont subi des effets indésirables semblables.


Sources : FranceSoir.fr

Autres articles du site sur un thème similaire :


Article rédigé par David Quadrado