Actualités / Assurance santé / Mediator : l'inacceptable proposition de Servier

Mediator : l'inacceptable proposition de Servier

Publié le 28/03/2011
|
Inacceptable. Tel a été le terme employé par le ministre du Travail et de la Santé, Xavier Bertrand, pour qualifier la dernière proposition en date des laboratoires Servier. Formulée dans le cadre du volet indemnitaire de l’affaire Mediator, elle exige une renonciation préalable des victimes à toute action judiciaire. 

Inacceptable en l’état

Se confiant au Journal du dimanche, Xavier Bertrand, ministre du Travail et de la Santé, a réagi à la nouvelle proposition des laboratoires Servier formulée au début du mois dans le cadre de l’affaire Mediator. 

Une nouvelle fois, il regrette que le groupe pharmaceutique exige que les bénéficiaires de cette proposition renoncent préalablement à toute poursuite judiciaire.

Ainsi, Xavier Bertrand a déclaré : « De mon point de vue, ce projet reste inacceptable en l'état. Les laboratoires Servier ne prévoient toujours pas de réparation intégrale du préjudice. Or ce n'est qu'à cette condition qu'ils pourraient demander aux victimes de renoncer à des poursuites devant les tribunaux civils comme ils en ont l'intention. »

Il est aussi question d’éthique

Le ministre du Travail et de la Santé s’est aussi dit « choqué » par l’attitude des laboratoires. Il déclare ainsi : « ce refus, dans un premier temps, d'admettre une quelconque responsabilité, puis cette sordide contestation du nombre de victimes... Dans cette affaire, il est question de réparation mais aussi d'éthique. Si aujourd'hui, le laboratoire est enfin prêt à revoir ses positions, je l'entendrai ».

Car, au-delà de l’indemnisation, il doit aussi être tenu compte du bilan humain de ce scandale sanitaire. D’après les dernières estimations, le Mediator, produit destiné aux diabétiques en surpoids qui fut aussi prescrit comme coupe-faim, aurait causé la mort de 500 à 2 000 personnes en 33 années de commercialisation en France.

De la démagogie et de l’approximation

En réaction à cette nouvelle sortie médiatique du ministre, Me Hervé Temime, l’avocat des laboratoires Servier, a vivement critiqué une attitude qu’il juge « comminatoire ».

Il a ainsi déclaré au micro d’Europe 1 : « Depuis le premier jour de cette affaire, le ministre a adopté à l'égard des laboratoires Servier un ton qui est difficilement acceptable, un ton qui est à la limite du mépris, un ton comminatoire. »

Et Me Temine d’ajouter que l’intérêt des victimes « ne permet pas tout et certainement pas la démagogie et l'approximation. Le nombre des victimes n'est pas du tout déterminé avec certitude ».


Sources : LePoint.fr, AFP et AP

Autres articles du site sur un thème similaire :


Article rédigé par David Quadrado