Actualités / Assurance santé / Assurance santé : une efficacité limitée des nouveaux médicaments ?

Assurance santé : une efficacité limitée des nouveaux médicaments ?

Publié le 11/03/2011
|
Selon la Sécurité Sociale, les médecins prescrivent bien trop souvent de nouveaux médicaments dont l’efficacité n’est pas réellement prouvée. Aucune amélioration réelle n’étant observée bien souvent.

Assurance santé : les français et les médicaments…et les autres !


C’est bien connu, les français sont de gros consommateurs de médicaments, cependant ces dernières années, l’écart qui existe avec les autres pays se réduit peu à peu.
La Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM) a mené une enquête regroupant 8 catégories de médicaments parmi les prescriptions les plus courantes en zone urbaine. La CNAM a donc comparé la consommation française d’antidépresseurs, de tranquillisants, d’antidiabétiques, d’antibiotiques, d’antiulcéreux, de médicaments contre l’asthme, d’autres contre le cholestérol ou encore contre l’hypertension par rapport à 6 autres pays européens.

Assurance santé : conclusions de l’enquête


De cette enquêtes comparative, la CNAM est arrivée à 2 conclusions. La première est une constatation sur la progression de la consommation de médicament en France. Tandis que la plus grosse hausse de ce type de consommation est attribuée à d’autres pays, la France a connu entre 2006 et 2009 une progression de seulement 0,5%. La France perd sa place sur la première place du pobium et rejoint la troisième position de consommateurs d’antidépresseurs. Pour la CNAM, ces bons chiffres ne sont autres que la conséquence de la « maîtrise médicalisée des dépenses ».
La seconde conclusion est que les depenses en euros sont en reculent, mais ce phénomène est lié à la progression des génériques moins chers. Cependant ces dépenses dépassent malgré tout celles des pays voisins car les prix sont en moyenne plus élevés et que la consommation n’est pas la même. 

Assurance santé : des nouveaux produits moins efficaces ?


M. Hubert Allemand, médecin-conseil national affirme que « Nous avons une séduction pour l'innovation, mais l'innovation est parfois très modeste ». Afin d’éviter des dépenses inutiles, la CNAM suggère aux diverses instance scientifiques de prévenir les médecins quand un nouveau médicament n’a pas de réelle conséquences thérapeutiques.
L’assurance-maladie désire par ailleurs inciter les médecins à prescrire des médicaments génériques par des primes.

Trouvez l’assurance santé dont vous avez besoin en comparant les offres 
Source : Lefigaro.fr

Article rédigé par Stéphanie Robert

Autres articles du site sur un thème similaire :