Actualités / Assurance moto / Equipement retro réfléchissant : disparité des comportements

Equipement retro réfléchissant : disparité des comportements

Publié le 17/02/2012
|
C’est à la suite d’une décision de la Sécurité routière concernant l’équipement retro réfléchissant des motards, que ces derniers se sont « rebellés » ! Furieuse, la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC) trouve cette disposition inégale. Une étude montre en effet que les comportements diffèrent entre les hommes et les femmes, mais également entre les motards et les scootéristes !

Actuellement, ils doivent seulement avoir un casque aux normes. Mais à partir du 1er janvier 2013, conducteurs et passagers de cylindrées de plus de 125 cm3 devront porter un "équipement rétroréfléchissant de 150 cm2 ", faute de quoi ils seront passibles d'une amende de 68 euros et d'un retrait de 2 points de permis.

Motards vs scootéristes


Une étude TNS-Sofres réalisée pour le Groupement des entreprises mutuelles d'assurances (GEMA), en mai 2009, auprès de 640 conducteurs de deux-roues motorisés montre que les motards s'équipent mieux que les conducteurs de scooter, qu'il s'agisse du blouson, du pantalon, des gants ou des bottes. Ils sont, par exemple, 70 % à porter systématiquement un blouson, contre 24 % sur un scooter, et 82 % à mettre toujours des gants contre 48 %.

Hommes vs femmes


Les femmes, qui sont 58 % à conduire des scooters, s'équipent moins bien que les hommes... sauf quand il s'agit de porter un gilet réfléchissant (29 % en mettent, contre 11 % des hommes). Le ministère explique que l'accidentologie des deux-roues motorisés concerne surtout les grosses cylindrées, le week-end, hors agglomération.

Incitation vs Obligation


Toutefois, le groupe de travail doit étudier l'opportunité d'imposer ces équipements (blouson, pantalon, gants et bottes) à tous - y compris aux scooters, car ils permettent, en cas d'accident, de diminuer les lésions, les fractures et les brûlures. La FFMC comme l'Association des scootéristes de France, membres du groupe de travail, sont opposées à la contrainte, lui préférant des incitations de la part des assurances moto et scooter.

Autres articles du site sur un thème similaire :


Article rédigé par Philippine De Maigret