Actualités / Assurance moto / Assurance moto : le débridage, une pratique à éviter

Assurance moto : le débridage, une pratique à éviter

Publié le 20/06/2011
|
Il fait beau - presque - partout en France et les deux-roues sont de sortie. C’est en toute logique que la Sécurité routière a choisi la saison du cyclo et de la moto pour lancer une campagne de sensibilisation dédiée à la problématique du débridage. Une pratique dangereuse que l’assurance moto ne couvre pas forcément.

D comme débridage

Le débridage, késako ? Il s’agit d’une manipulation technique qui permet de changer ou désactiver les mécanismes qui limitent la puissance et/ou la vitesse d’un cyclomoteur. Vous l’aurez compris, le débridage permet in fine d’augmenter la puissance du véhicule qui pourra dépasser les 45 km/h autorisés pour cette catégorie de deux-roues.

En règle générale, le débridage touchera les pièces suivantes : 
• l’échappement
• le filtre à air
• le carburateur
• la transmission

À noter que le kitage permet aussi de « booster » la puissance d’un deux-roues. Comment ? En remplaçant les pièces d’origine par des pièces destinées à des cylindrées plus puissantes ou à la compétition sportive.

Dangereux et répréhensible

Comme l’annonce clairement la campagne de la Sécurité routière à travers son intitulé « Un cyclo débridé, c’est un ado en danger », le débridage est une pratique périlleuse.

D’abord, augmenter la puissance d’un véhicule accroît les risques d’accident et de dommages, corporels ou matériels, aux tiers. 

Ensuite, il s’agit d’un délit qui peut être sanctionné d’une amende de 135 euros et d’une peine d’emprisonnement.

Enfin, l’assurance souscrite pour le véhicule modifiée ne couvrira pas forcément son propriétaire en cas d’accident.


Autres articles du site sur un thème similaire :


Article rédigé par David Quadrado