Actualités / Assurance auto / Trop de technologies dans les voitures ?

Trop de technologies dans les voitures ?

Publié le 04/06/2015
|

La course à la technologie est amorcée depuis de longues années par les constructeurs automobiles et en particulier depuis que la sécurité routière est au cœur des débats. Assistance au pilotage, ABS paramétrables ou tout simplement assistance au parking, les nouvelles technologies s’invitent partout, au point d’avoir parfois l’effet inverse de celui recherché. Plus d’options peuvent-elles nuirent à la simplicité de la conduite ?

Selon une étude menée par l’agence Nielsen en collaboration avec le groupe de consultants SBD auprès de plus de 14.000 conducteurs américains, les constructeurs incorporent tant de nouvelles technologies dans leurs voitures que les utilisateurs ne savent pas se servir de tout.Pire encore, parfois les conducteurs ne sont même pas au courant de leur existence. L’étude différencie d’ailleurs plusieurs types de “services” liés aux nouvelles technologies et parle sans surprise de la fameuse catégorie “Infontainment”, contraction de Information et Entertainment, soit en bon français information et divertissement. Cette catégorie inclus tous les systèmes dont l’utilité est souvent plus qu’optionnelle et dont l’utilisation relève plus de l’amélioration du confort que de l’assistance à la conduite.

Une catégorie moins glorieuse où séjourne la reconnaissance vocale. Cette même reconnaissance vocale qui arrive d’ailleurs en tête des options technologiques dont les utilisateurs ignorent l’existence dans leur propre voiture. Selon l’étude, sur les 42 services ou options « électroniques » évaluées, les dix plus mal notées font partie de la catégorie Infotainment. On y retrouve également l’intégration de votre Smartphone,  les applications présentes dans votre ordinateur de bord ou encore la possibilité de paramétrer les compteurs de son tableau de bord.

 

Des options qui ont un coût pour le fabricant et qui ne joue pas forcément en faveur du véhicule qui les propose. Certaines ayant plutôt l’image d’une complexité inutile ou d’une option presque futile. Le tableau est donc finalement assez sombre et l’étude ajoute un dernier point qui devrait pousser les constructeurs à ralentir cette course à l’armement qui consiste à proposer plus de services et d’options « innovantes » que son concurrent.

Si la caméra de recul est par exemple plébiscitée, en revanche d’autres options très fréquentes sont rassemblées par un point commun : le conducteur ignore leur existence ou utilise une autre solution. On retrouve à nouveau la reconnaissance vocale, mais aussi les disques durs permettant de stocker de la musique qui font double emploi avec les Smartphones que l’utilisateur peut raccorder via une prise USB. Les services de conciergerie comme BMW Assist ou encore HyundaiBlueLink ne sont que rarement utilisés et nombreux sont les utilisateurs qui ignorent leur existence ou ne souscrivent pas à un abonnement après la période d’essai offerte. Enfin, plus surprenant et signe des temps qui changent, le lecteur CD semble également être inutile pour de nombreux conducteurs.

La voiture de demain offrira-t-elle toujours plus d’électronique ? À la manière des interfaces des ordinateurs et autres tablettes qui ont vu leur présentation allez vers toujours plus de simplicité, les voitures vont devoir revenir vers plus de simplicité et une utilisation orientée utilisateur et non poursuivre dans la voie de la démonstration technologique. Pour que le plaisir de conduire reste le premier argument d’une voiture.


Article rédigé par François MOREAU