Actualités / Assurance auto / Les taxis face à la révolution des automobiles autonomes

Les taxis face à la révolution des automobiles autonomes

Publié le 06/07/2015
|

Lors d’une interview accordé par Bill Gates, ex PDG de Microsoft, au journal The Financial Times et à son rédacteur en chef Lionel Barber, l’homme d’affaires à la retraite a donné son point de vue sur les récents conflits qui opposent les chauffeurs de taxi « traditionnels » et le service Uber Pop lancé par la société Uber. Pour lui cet épisode n’est qu’une étape d’une révolution bien plus grande : celle de la disparition des chauffeurs.

Cela fait de nombreux mois que l’automobile autonome joue les premiers rôles de l’actualité du monde automobile. Entre rêves futuristes et réalité déjà en marche sur les routes de Californie, la voiture sans chauffeur sera la révolution de demain sur les routes. Un changement radical qui aura un impact sur les habitudes de consommation des conducteurs mais aussi sur la définition de certains métiers dont celui de chauffeur de taxi et autres VTC (Voiture de Transport avec Chauffeur). La question de savoir si une licence pour exercer est nécessaire semble vivre ses dernières années. Mais cela ne signifie pas pour autant la victoire du modèle Uber Pop.

Les dernières semaines ont été le témoin du conflit qui oppose les chauffeurs de taxi qui se sont insurgés contre la concurrence du service Uber Pop mis en place par la société Uber. Ce service permet aux utilisateurs de commander une voiture depuis une application sur Smartphone mais surtout permet à des particuliers sans licence ni formation d’exercer une activité de chauffeur.  La société Uber propose donc deux types de service qu’il faut bien différencier : un service VTC, de chauffeurs avec licence, et Uber Pop ouvert à tous les particuliers.

Interrogé par nos soins, un ancien conducteur Uber, désormais chez un autre service de VTC, nous a expliqué avoir quitté Uber le jour où Uber Pop a été annoncé. Pour lui « la société Uber créait une concurrence au sein même de sa propre entreprise ». Au delà du conflit entre libre entreprise et activité réglementée, le plus gros changement pourrait finalement venir de l’avènement des voitures autonomes qui rentreraient en concurrence frontale avec l’activité de chauffeur.

Pour Bill Gates « Uber n’est qu’une réorganisation du marché du travail dans une forme plus dynamique ». Le constat est cinglant mais le fondateur de Microsoft l’appuie sur un argument en forme de prédiction : « La vraie révolution, ce sera lorsque la capacité de se déplacer sera totalement gérée par la machine. ». Une projection qui s’applique donc à l’ensemble du monde du travail et qui a déjà eu des exemples dans d’autres secteurs où la machine a remplacé l’homme.  Bill Gates enfonce le clou et rappelle que ces dernières années l’évolution technologique a également détruit de nombreux métiers du secteur industriel.

Le constat est d’autant plus pertinent concernant Uber que la société a ouvert un Centre de Technologies Avancées. Les rues de Pittsburg, où se trouve ce centre, ont ainsi vu des voitures dotées de mécanismes similaires à ceux des Google Cars, ce qui indiquerait que Uber teste déjà son propre service de voiture autonome. Une évolution logique pour une société qui vise avant tout à multiplier les connexions sur son service en ligne. Sans forcément s’embarrasser de chauffeurs, avec ou sans licence. La machine va-t-elle remplacer l'homme sur ce secteur d'activité ? La question pouvait paraître farfelue il y a quelques années encore mais semble désormais très crédible.


Article rédigé par François MOREAU