Actualités / Assurance auto / Les enjeux numériques de la voiture connectée

Les enjeux numériques de la voiture connectée

Publié le 04/06/2015
|

Alors qu’Audi prédit déjà que la valeur d’une voiture ne sera plus liée à la puissance de son moteur dans les années à venir, l’omniprésence de l’électronique mais surtout l’arrivée des services connectés confirment une évolution de l’automobile, nouvel objet connecté et objet de toutes les convoitises.

Si le futur de la voiture se conjugue en accord avec les services digitaux et connectés, cette évolution ne doit pas faire oublier qu’elle est aussi liée à des enjeux de sécurité. Transfert des données, paiement en ligne, sécurisation des échanges, ce qui se passe dans votre voiture doit rester protégé au même titre que n’importe quel échange depuis votre ordinateur ou votre Smartphone. Au risque de créer une explosion du trafic des données sécurisées.

Suite à la présentation par Google des résultats de conduite de la Google Car sur les routes californiennes, le géant digital a sans doute pris la pleine mesure des enjeux de sécurité. Alors que les accidents causés par des conducteurs « humains » trouvent souvent une explication avec des comportements « anormaux », une automobile autonome ne peut se réfugier derrière une erreur et se doit d’être encore plus irréprochable qu’un humain au volant. Sous peine d’entretenir une peur irrationnelle liée à l’image du véhicule sur lequel on n’a pas vraiment le contrôle. Un ressenti lié à l’image triviale de la voiture sans chauffeur mais qui fait malgré tout écho à de réels enjeux technologiques.

Pour sécuriser les données de navigation (et donc empêcher un piratage à distance de votre véhicule), l’automobile autonome sera donc confrontée à une explosion du trafic des données sécurisées qui utilisent un protocole de transfert crypté. Mais sans allez jusqu’au piratage de votre conduite, les données sécurisées sont déjà présentes dans votre quotidien de conducteur avec les systèmes de navigation des GPS ou encore les options de paiement de vos Smartphones, tout comme les cartes d’abonnements aux péages des autoroutes.

La voiture de demain sera donc confrontée à de nouveaux embouteillages si les infrastructures n’évoluent pas avec la demande. Des bouchons bien moins visibles mais qui pourraient se révéler tout aussi spectaculaires


Article rédigé par François MOREAU