Actualités / Assurance auto / L'électronique nouvel argument commercial ?

L'électronique nouvel argument commercial ?

Publié le 29/05/2015
|

Les assistances à la conduite sont de plus en plus nombreuses. Depuis les confortables ABS, en passant par les correcteurs de trajectoires ou tout simplement les systèmes de navigation. Le point commun de ces technologies ? Elles font appel à l’électronique autant sinon plus qu’à la mécanique.  C’est en se fondant sur cette omniprésence de l’électronique que Luca de Meo, Responsable des ventes de Audi AG prédit que l’électronique sera, dans un futur proche, plus importante que la puissance des moteurs pour le marché de l’automobile.

Lors du Consumer Electronic Show de Shanghai, Luca de Meo a ainsi déclaré : « D’ici 2020, 50% de la valeur d’un véhicule résidera dans les applications, les systèmes électroniques et les services digitaux, et les opportunités sont infinies. » Selon le responsable, cette évolution va totalement modifier l’industrie de l’automobile. La voiture est en effet plus que jamais un objet connecté et si le futur rime avec automobile autonome, dès aujourd’hui les applications électroniques sont omniprésentes dans un véhicule. 

Cheval de bataille du marché de l’automobile depuis une dizaine d’années, la sécurité est elle aussi au centre des préoccupations des constructeurs qui, face à une législation de plus en plus restrictive, ne peuvent plus mettre en avant la  puissance d’un moteur comme premier argument commercial. Les modèles sportifs  ne riment pas avec sécurité, ce n’est pas nouveau, mais ils doivent également faire face depuis quelques mois aux nouvelles législations qui visent à réduire les émissions de particules fines. Les grosses cylindrées sont souvent et là encore les premières visées.

Entre conciergerie à distance, assistance mécanique à la carte ou système de navigation avec abonnement, les services connectés se multiplient à bord des voitures et c’est un virage que l’industrie automobile a déjà amorcé en attendant la révolution des automobiles que pourraient mettre sur le marché les géants de l’industrie digitale comme Google et Apple. La voiture de demain séduira par ses services digitaux, plus que par la puissance de son moteur ? C’est en tout cas la prédiction d’Audi AG par la voix de Luca de Meo.

Pour le conducteur, l’abondance d’électronique rime autant avec assistance à la conduite qu’avec obligation de passer par le garage du constructeur pour la moindre révision. Les assurances sont cependant sensibles aux options de sécurité et un tour sur notre comparateur d’assurances en ligne devrait vous aider à y voir plus clair.

Source : autonews

 


Article rédigé par François MOREAU