Actualités / Assurance auto / Google Cars et accidents de la route

Google Cars et accidents de la route

Publié le 13/05/2015
|

Depuis six ans, Google a reçu l’autorisation de l’état de Californie pour tester sur les routes la Google Car. Ces voitures à la conduite entièrement autonome grâce à Google Maps parcourt des dizaines de milliers de kilomètres par semaine pour compiler un maximum d’information. Après plus de deux millions et demi de kilomètres parcourus par les 20 voitures estampillées Google Car, le résultat est sans appel : dans une voiture autonome ou une voiture que vous conduisez vous serez impliqué à un moment dans un accident.

Chris Urmson est directeur du programme Google Self Driving Car (Automobile Autonome) et pour défendre sa vision de la voiture autonome il parle avec des chiffres. Avec plus de 30.000 morts sur les routes américaines par an, le bilan humain est lourd et pèse tout autant dans l’argumentaire en faveur de la voiture autonome. Pourquoi ? Là encore les données sont édifiantes puisque l’on estime que 94% des accidents sont dus à des erreurs du conducteur (excès de vitesse, inattention, alcool, etc.). Enlever le conducteur de sa charge, c’est donc mathématiquement soustraire 94% des causes au bilan annuel.

Mais le calcul n’est pas aussi simple à effectuer et à valider puisque la Google Car, malgré les millions de kilomètres parcourus, demeurent intégrées dans un trafic traditionnel. Ce qui l’a amené à être impliqué dans 11 accidents mineurs (phares cassés, pas de blessure) en 6 ans de conduite. Le chiffre peut impressionner mais ramené aux nombres de kilomètres parcourus il est tout simplement minime. Mieux encore, Google annonce que pour tous ces accidents, pas un seul n’a été provoqué par la Google Car. Chris Urmson en profite d’ailleurs pour préciser qu’à l’année, sur les routes des USA, environ 55 % des accidents sont mineurs et ne sont pas rapportés à la police. Ils n’apparaissent donc pas officiellement dans les statistiques de la sécurité routière. Pourtant ils impliquent des frais à leurs possesseurs.

On comprend bien que le combat engagé par Google vise à démontrer toute l’importance du facteur humain face à la précision d’un véhicule dirigé par des armées de capteurs et de caméras. En sillonnant les routes les Google Cars ont ainsi pu filmer les comportements des automobilistes (Big Brother is really watching you !) et Google annonce des chiffres presque effrayants. Selon la société, aux USA, 660.000 conducteurs utilisent leur téléphone au volant par jour. Google appuie cet affirmation en précisant l’impact que ces habitudes ont sur la conduite (le dépassement de ligne continue étant le plus fréquent). Durant leurs voyages les Google Cars ont croisé des lecteurs assidus au volant et même un joueur de trompette. Toutes ces activités culturelles étant bien sûr incompatibles avec la sécurité routière.

Sur le blog du projet, BackChannel, Chris Urmson reconnaît malgré tout que la voiture autonome rencontre encore des problèmes lors de certaines situations spécifiques comme les croisements ou certains virages. Mais le message est clair, Google veut que le futur s’écrive avec moins d’accidents et des voitures sans chauffeur. En attendant ce futur sans risque n'existe pas encore et même à bord d'une voiture autonome il ne faudra pas oublier pas de prendre une bonne assurance pour votre véhicule.

 


Article rédigé par François MOREAU